LA VIE N'EST PAS UN LONG RECIF TRANQUILLE...
par Régis Doutres

Fvrier 2003 : mon bac principal de 800 litres a maintenant 6 ans et demi. Si jeune encore et pourtant il porte dj en lui les stigmates d'un pass douloureux que seul un ge vnrable pourrait justifier. La vie n'est pas un long rcif tranquille

Fin 1999, quelque peu enthousiaste suite aux volutions prometteuses que connaissait mon aquarium, je me suis laiss emporter et ai rdig un petit papier, publi en mars 2000 dans les Lettres Rcifales, figurant actuellement sur le site de Rcif France (
lire l'article).
Trois annes se sont coules, et je me rends compte que je ne tiendrais plus aujourd'hui exactement les mmes propos. Par exemple j'viterais toute phrase du genre " mes animaux me semblent tre en bonne sant ", prfrant une formulation beaucoup plus nuance encore : " certains de mes animaux me semblent tre actuellement en bonne sant, mais cet tat est prcaire et tout peut changer en bien peu de temps ". Il faut dire qu'entre temps, j'ai connu quelques dboires

L'pisode le plus marquant ft sans doute celui du printemps et de l't 2000, qui dbuta un mois peine aprs la parution du rcit mentionn ci dessus. Cela aura t la priode la plus pnible, pour diverses raisons : tout d'abord ce ft la premire ; ensuite elle survenait juste aprs une phase d'amlioration continue au cours de laquelle tout allait de mieux en mieux, me laissant croire qu'enfin, je faisais tout comme il le fallait (rires !) ; enfin elle dura longtemps, trs longtemps, plusieurs mois Un compte rendu de cette histoire se trouve sur le site de Guy Chaumont :
www.recifs.fr.st , rubrique " autres bacs dcouvrir ".

Si je n'ai rien crit depuis cette date, ce n'est pas parce que les problmes manquaient mais ceux ci n'avaient rien de remarquable me semble-t-il. Et puis, on finit par s'accommoder de tous ces petits dtails qui montrent que tout ne va pas pour le mieux dans le meilleurs des rcifs possibles. Jusqu'au jour o

t 2002 : la guerre des vers
J'ai depuis un certain temps un Acropora valida, potentiellement magnifique, avec des pointes violettes. Le problme, c'est qu'il n'a jamais t trs longtemps violet. Sa coloration volue assez vite, surtout dans le sens de la perte de coloration Aprs gnralement de courtes priodes o je peux profiter du violet, sa teinte vire au marron clair, voire mme trs clair. Parfois cette phase est accompagne de pertes des tissus au niveau de la base. Puis aprs quelques semaines le violet revient, mais il n'est jamais aussi intense qu'il ne l'a t au dbut de l'acquisition de l'animal sous forme d'une bouture. Cependant, globalement, cet Acropora se dveloppe, et parfois se dveloppe mme trs vite. J'ai ainsi eu l'occasion de le changer plusieurs fois de place, cassant le pied mre et plaant quelques morceaux d'autres emplacements. Jamais rien n'y a fait, il ne m'a jamais donn satisfaction o qu'il soit. Il se trouve qu'il n'est pas le seul tre dans ce cas : j'ai notamment un autre Acropora qui se comporte de la mme faon, qui normalement devrait tre couleur lilas fonc avec des polypes jaune-vert. Or si les polypes restent effectivement jaune-vert, le corps est uniformment brun clair, et parfois une teinte lilas apparat sur le dernier millimtre des pointes. D'ailleurs ce second Acropora a connu une phase de rgression svre, o la perte des tissus ne s'est pas limite la base. C'tait il y a un an et demi environ, et ce moment, de rage, j'avais jet la colonie, o du moins ce qu'il en restait sauf quelques millimtres carrs, qui avaient colonis le dcor. ce jour, ces quelques millimtres carrs se sont transforms en une dizaine de centimtres carrs, avec quelques pointes de 2-3 cm de hauteur. Mais toujours les mmes symptmes.

En juin 2002, un des pieds de l'Acropora valida tait dans une phase de croissance intense, et les pointes taient raisonnablement colores, me laissant plein d'espoir quant- l'avenir.
Qui plus est, l'aquarium dans son ensemble se trouvait dans une priode faste. C'tait l'occasion de faire des photos ! Celles ci se trouvent sur
reef-guardian et galement sur le site de guy Chaumont. Mais cela ne dura, comme d'habitude, que peu de temps. Dbut aot, je n'avais plus qu'un massif brun clair sans aucun tissu sa base.

acropora strudelwurm : on distingue nettement les traces de ces repas.

J'ai tout retir, et c'est alors que j'ai observ, sur les parties basses o le squelette tait mis nu, des centaines de petits points bruns sphriques de quelques diximes de millimtres de diamtre. J'en avais dj observ par le pass, mais quelques-uns seulement. Je les avais dj identifis comme tant vraisemblablement des ufs, d'origine inconnue il y a tellement de formes de vie dans un bac rcifal
Cette fois la concidence tait flagrante : tant d'ufs sur les parties mortes d'un Acropora qui a rgress si soudainement. J'ai conserv les fragments infests pendant trois semaines environ dans un rcipient, mais n'ai observ aucune volution. Puis force de naviguer sur les sites internet de nos voisins allemands, je suis tomb sur la rponse : Acropora Strudelwrmer ! Plutt qu'une longue description, je vous renvoie vers
un article trs explicite (mme si vous ne lisez pas l'allemand, vous comprendrez vite au vu des photos remarquables)
Pour en savoir plus encore, vous pouvez effectuer une recherche sur le net avec le mot cl acropora strudelwrmer grce google par exemple. En deux mots, ce sont des turbellaris, des vers plats, comme les planaires, mais qui sont invisibles car transparents quand ils sont sur leur hte, qui rampent sur les acroporas et les sucent
Mais bien sr, c'tait vident, mes acroporas avaient tous les signes caractristiques de cette peste. C'est tellement vident, une fois qu'on le sait. Je peux vous certifier que ces vers sont rellement invisibles (les photos du site prcdent le prouvent !), ce qui me dculpabilisera un peu mais les traces de succion, elles, sont quand mme visibles, tel point que je me demande comment je n'ai pu y voir que des dcolorations sans identifier clairement ces petites taches circulaires claires.
Avec le recul, je peux dire que cela fait longtemps que ces indsirables sjournent dans mon aquarium. Manifestement ils ne s'attaquent qu' certains types d'acroporas, car jamais je n'ai eu ces symptmes sur aucun autre SPS, mme voisins immdiats des animaux touchs. Apparemment leur population n'a jamais t importante, les acroporas touchs continuant crotre, parfois mme se colorant nouveau comme si l'infestation cessait. Peut tre mon Pseudocheilinus hexataenia ou mon Synchiropus splendidus se chargent-ils de limiter cette population ? Ou encore la Stnopus hispidus ?
La recette pour s'en dbarrasser est a priori simple : un bain de lugol ou de btadine, raison de 2ml par litre d'eau, pendant une dizaine de minutes. Ensuite on secoue l'Acropora vivement dans l'eau de traitement et les vers s'en dtachent (il aura fallu extraire les crabes symbiotiques le cas chant, pour leur viter une mort certaine sous l'action de l'iode). L encore, consultez l'article pour de plus amples dtails. Mais il faut sortir l'acropora du bac, et je vous laisse deviner l'ampleur de la tche dans certains bacs o les SPS sont bien implants Je l'ai fait pour certains pieds accessibles (et j'ai prouv un grand plaisir bouillanter les vers rcuprs !), mais moins de dtruire mon dcor et finalement de recommencer mes bacs (ce qui est contraire mes ides sur la valeur d'un aquarium lie sa prennit), je sais que je ne pourrai pas tous les retirer ainsi. Et je me rsigne : je retirerai petit petit ces quelques souches d'acroporas cibles des parasites, et j'toufferai les tissus restant qui colonisent les roches vivantes du dcor. J'ai d'ailleurs commenc La seule interrogation qui reste concerne l'volution des prdateurs : vont-ils disparatre avec les animaux qu'ils colonisaient, ou vont-ils changer leurs habitudes et infester d'autres espces ? Je n'ose pas imaginer la suite dans le second cas Si entre temps j'ai l'occasion de me procurer des nudibranches du genre Cheilidonura, je testerai, sachant que ce n'est pas parce que ces braves nudibranches dvorent les planaires qu'ils apprcieront ces strudelwrmer !

La dernire attaque (dbut fvrier 2003) a t soudaine et importante : une bouture introduite nouvellement en novembre 2002 (Acropora nobilis ?) s'est dcolore rapidement en quelques jours. Je l'ai retire et cette fois, il y avait tellement de parasites que j'en ai vu quelques-uns l'il nu. Aprs un nouveau traitement, j'ai eu la surprise de voir plus d'une vingtaine de ces vers sur cette bouture de 5 centimtres peine
Finalement, je suis rassur de savoir maintenant pourquoi je ne parviens pas maintenir Acropora valida (ainsi que quelques autres varits) dans mon bac, soulag de savoir que ce n'est pas un problme spcifiquement li la qualit d'eau ou des erreurs dans la maintenance (je prcise " spcifiquement ", tant parfaitement conscient que je suis aussi confront des problmes de qualit d'eau et des erreurs de maintenance).

Le rveillon 2002-2003 : une horreur !
Ce lundi 30 dcembre 2002, 15 heures, je reois un aquariophile. Nous discutons devant mes bacs dans le salon, puis je lui fais visiter l'installation technique, qui se trouve dans le garage situ sous le salon. Lorsque nous remontons, je constate que tous les polypes des Pocilloporas sont totalement rtracts et que mon Catalaphyllia est en train de se refermer, comme cela lui arrive plusieurs fois dans l'anne. Quant-aux Pocilloporas, cela leur est dj arriv. Je souponne d'ailleurs que ce comportement est li l'mission de planulas.
Aprs le dpart de mon invit, je profite du fait que le Catalaphyllia est rtract : il est devenu trop gros, cela fait un bon moment que je dois intervenir et le couper. C'est l'occasion saisir : je le sors du bac et pose trois bandes de pte poxy sur son squelette, de faon ncroser ces endroits l les tissus, pour ensuite pouvoir le scier. Je ne veux pas le scier directement, par crainte de dchirer les tissus, avec les risques ventuels d'infection que cela comporte Je ne sais pas si ma faon de faire est meilleure, mais je me dis que ma mthode est plus proche de ce qui peut arriver dans le milieu naturel, lorsque l'animal est retourn sur le sable ou lorsqu'une roche le recouvre en partie Lorsque je replace l'animal dans le bac, celui ci met beaucoup de mucus. Mais l encore, rien de particulirement inquitant, c'est courant pour un animal sorti de l'eau quelques minutes.
ce moment l, les polypes des acroporas avaient dj commenc se rtracter. Dans la soire, mon Tridacna derasa se reproduit. Cela fait la cinquime ou la sixime fois depuis qu'il est dans le bac. chaque fois, sa reproduction a t dclenche par une de mes interventions dans le bac : lorsque je nettoie longuement, que je taille, que je bouture, et que toutes ces oprations durent quelques heures, il ragit. Donc, rien d'alarmant : il a certainement " senti " ce que j'ai fait au Catalaphyllia
Le lendemain, je remarque que mes acroporas sont bizarres : ils ne sont pas panouis, et j'ai mme l'impression qu'ils sont plus ples que la veille. Par contre rien signaler du ct des autres coraux : tout est normal, sauf bien sr le Catalaphyllia. Je vrifie rapidement l'installation : tout est normal. Mais le 31 dcembre, je ne passe videmment pas la journe observer mon bac
Le rveil au premier janvier est par contre douloureux : l c'est sr, il y a un gros problme ! Mes acroporas n'ont plus aucune couleur. Plus la moindre trace de rose sur un Acropora selago, plus le moindre reflet vert sur un Acropora pourtant rsistant et toujours vert en toute occasion. Seuls deux acroporas, un bleu et un autre violet, sont encore colors, bien que plus ples que d'ordinaire. Ce seront les deux seuls ne pas tre vraiment touchs par la suite Mes autres SPS ne prsentent aucun symptme particulier, ni au niveau de la coloration ni au niveau de l'panouissement, ce qui semble exclure un problme de pollution de l'eau ou un gros problme de maintenance en gnral. D'autant que je n'ai rien fait de particulier : tous les paramtres facilement grables sont parfaitement stables depuis des mois et des mois, et je n'ai rien chang depuis des mois !
Les blanchiments en srie ont commenc le 2 janvier : j'ai coup le matin, le midi, le soir et cela a dur jusqu'au 6 janvier, avec une petite accalmie le 4. Les acroporas taient couleur " caf au lait " trs clair, certains mettaient des filaments msentriques, d'autres taient emprisonns dans un voile de mucus Les blanchiments s'apparentaient une RTN, avec les tissus qui se dcollaient du squelette comme de la dentelle. Mais cela n'tait pas foudroyant, et ne semblait pas atteindre la totalit de l'animal. Lorsque je cassais une branche atteinte, cela semblait s'arrter. Le lendemain, c'tait au tour d'une autre branche, sur les 4 ou 5 centimtres en partant de l'extrmit. Mais pas de blanchiment massif d'un acropora en entier. Quasiment tous les acroporas (sauf les deux mentionns plus haut) ont t touchs, aux quatre coins du bac. Les autres SPS qui les jouxtaient n'ont strictement rien eu !
Le 8 janvier, alors que je n'avais rien d casser la veille, un de mes mandrinas des Carabes a blanchi lui aussi. Ce fut le premier animal autre qu'un Acropora tre touch et fort heureusement le dernier. Il tait entour de 5 autres mandrinas, qu'il touchait, et lui seul a blanchi. Qui plus est bizarrement alors que le problme tait stabilis chez les acroporas. Le 10 janvier, je plongeais son squelette et le peu de tissus qui y restait dans de l'eau de javel. Et ce fut la fin de cette priode combien stressante.

Plus d'un mois plus tard, au moment o j'cris ces lignes, les symptmes ont disparu et les acroporas ont pour certains totalement retrouv leur aspect initial. D'autres n'ont pas encore retrouv compltement leur coloration antrieure, mais sont en bonne voie. J'ai finalement perdu un acropora (une bouture de 7-8 cm en fait), et bien que de nombreux massifs soient aujourd'hui plus petits suite aux tailles pratiques, j'ai conserv toutes les souches. Le Catalaphyllia est de nouveau panoui, je ne l'ai pas encore coup mais je peux le faire puisqu'il est dsormais spar en quatre parties distinctes sur son squelette, comme je l'avais espr.
Le plus dramatique, c'est que je ne sais pas ce qui s'est pass, et que par consquent cela peut se reproduire tout moment ! Je peux affirmer sans concessions que durant les mois qui ont prcd, je n'ai apport aucun changement d'aucune nature la gestion de mon aquarium ! Qui plus est, comment serait-il possible qu'un acte de ma part n'ait de rpercussion que sur les acroporas, pargnant toutes les autres espces ? Qu'est ce qui a bien pu faire qu'eux seuls soient touchs (exception faite du mandrina, mais pour lequel j'ai bien envie de dire que le problme n'tait pas le mme) ?
Je me suis videmment pos toutes ces questions pendant la priode critique, faisant le tour de toute l'installation pour voir si quelque chose avait chang. Mais rien de rien ! Face cette absence de cause identifie, je me suis refus entreprendre toute action l'issue alatoire. J'ai simplement effectu un changement d'eau de 120 litres le 3 janvier, et j'ai renouvel le charbon actif (que je renouvelle tous les dbuts de mois d'ailleurs) et en ai mis plus que d'habitude (d'habitude, je place par mois 300 millilitres de charbon Dupla dans le courant d'eau de ma dcantation, et l j'ai doubl la dose). Le 7 janvier j'ai nouveau chang 60 litres. Pour tre complet je dois ajouter que j'ai essay un bain de lugol sur une partie d'un acropora atteint, sur lequel je venais de casser quelques branches blanchissant : le rsultat a t sans appel ! Quelques heures aprs l'avoir replace dans l'aquarium, celle ci avait totalement blanchi ! L'autre partie de l'animal, qui n'a pas subi ce traitement, est toujours en vie Cela me conforte dans l'ide que, bien souvent, il vaut mieux ne rien faire plutt que d'entreprendre des actions l'efficacit plus que douteuse
Finalement, j'ai eu beaucoup de chance : d'une part sur mes deux bacs, un seul a pos problme et par consquent je me remontais le moral en regardant l'autre ; et d'autre part je pense ceux qui ont perdu un grand nombre de leurs SPS suite des RTN foudroyantes

L'eau
Entre le premier rcit de la fin de l'anne 1999 et aujourd'hui, certaines de mes ides ont videmment chang, et d'autres n'ont pas chang !
Je ne reviendrai que sur deux points.
Le premier concerne l'eau. Je reste convaincu que parmi les problmes rencontrs, beaucoup sont lis la qualit d'eau mdiocre offerte aux animaux hbergs. Je prcise : je ne parle pas des problmes " grossiers " (nutriments en trop forte concentration, eau jaune, dsquilibre ionique suite des apports non contrls), qui sont en principe facilement rsolus par une bonne gestion de l'aquarium, mais de problmes plus dlicats grer.
Par exemple, je suis convaincu que, dans le cas des aquariums densment peupls, la quantit de substances organiques mises par les coraux eux-mmes est telle qu'elle explique elle seule pourquoi certains animaux dprissent lentement, refusant de s'panouir pleinement ou d'arborer leurs couleurs clatantes. Les arguments qui voudraient que l'cumeur retire ces substances, ou que ces substances soient de courte dure de vie, ne sont nullement prouvs. Quand bien mme le seraient-ils, la question de la vitesse d'inactivation et du taux de production de ces substances se pose galement : ce taux pourrait tre suffisant pour qu'en permanence leur concentration atteigne des seuils inacceptables pour certains organismes. Il est tout fait concevable que ce taux de production soit important dans les aquariums " modernes ", o chaque centimtre carr est colonis, qui plus est par des animaux qui n'ont pas du tout l'habitude de se ctoyer dans le milieu naturel ! Comme par ailleurs le brassage dans un aquarium rcifal est efficace en gnral, ces substances se retrouvent vite rparties aux quatre coins de celui ci et leur porte s'en trouve largie, sans que la dilution soit importante comme elle peut l'tre en pleine mer.
Le second concerne les ajouts d'iode et de lugol. Avec le recul, je dirai maintenant que si la coloration de mes animaux s'est amliore alors mme que j'en rajoutais beaucoup (notamment du lugol), c'est tout simplement parce que, cette poque, mon aquarium tait dans un tat euphorique. J'aurais pu faire tout ce que je voulais et rajouter tout ce que je voulais, tout allait bien et l'aquarium pouvait tout encaisser. Cette phase d'euphorie, de nombreux aquariophiles l'ont apparemment connue, aprs une ou deux annes d'existence du bac. Lors de cette phase, tout se passe bien et la densit de population dans le bac augmente, par croissance rapide des espces existantes et rajouts de nouvelles espces, rajouts motivs par l'impression solide que le bac a trouv son rgime de croisire et que dsormais, la partie est gagne (et si les choses se gtent ensuite, c'est peut tre pour les raisons exposes plus haut). Le lugol n'avait, je pense, finalement, rien voir avec ce qui se passait ce moment l. J'ai eu l'occasion par la suite d'essayer nouveau d'en rajouter de telles quantits et je n'ai plus jamais rien observ. tel point que j'ai cess tout ajout d'iode dans le bac pendant environ 6 mois, l encore sans rien avoir observ de particulirement positif ou de particulirement ngatif. Et mes xnias pompaient toujours autant Alors entre les partisans des ajouts d'iode et leurs dtracteurs, je ne sais plus quel camp rejoindre.
Et ce qui vaut pour l'iode vaut dans mon cas pour le strontium, le fer, ou d'autres oligo-lments. Je ne peux pas mesurer la concentration des oligo-lments dans mes bacs, ni savoir sous quelle forme ils s'y trouvent, et par consquent je ne sais jamais exactement o j'en suis. Personnellement, je n'ai jamais constat dans l'un de mes deux bacs une quelconque amlioration ou dtrioration rapide ( l'chelle de l'heure, de la journe voire mme de quelques jours) suite un ajout d'iode ou autre lment. Je n'ai finalement jamais assist une raction assez rapide pour pouvoir tablir sans ambigut une relation de cause effet.
Et je me sens totalement incapable d'attribuer sans ambigut un ajout une quelconque amlioration qui surviendrait une semaine plus tard ! Trop de facteurs interviennent, et je ne vois pas comment il est possible d'en isoler clairement un. Et ce d'autant plus que, trs rgulirement, pour ne pas dire en permanence, je suis confront des priodes d'amliorations gnrales de mes bacs qui alternent avec des priodes de " dprime " de quelques semaines, tout cela sans aucun ajout et sans aucune intervention de ma part (autre que le nourrissage des poissons). Comment pourrais-je alors objectivement isoler de toutes ces fluctuations parasites un signal en faveur ou en dfaveur d'un produit ajout ? Mme des ajouts rguliers, sur une dure assez longue (quelques mois), ne m'ont jamais permis de conclure objectivement sur des effets positifs ou ngatifs de tel ou tel lment. Peut tre ne suis-je finalement qu'un bien pitre observateur alors tant pis pour moi, je continuerai faire n'importe quoi !

J'assiste impuissant toutes les priodes de dprime de mes bacs.

Rgis DOUTRES